Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

Carte FranceLa France s’est constituée sur le territoire de l’ancienne Gaule. Celle-ci au I siècle avant notre ère était occupée par des populations d’origine celte ou ibérique, partagées en un grand nombre de cités rivales. C’est profitant de leurs divisions que les légions romaines de César purent faire la conquête du pays (59-51 avant notre ère). La conquête romaine enleva à la Gaule sa liberté politique. Elle lui donna en échange la paix, la sécurité et une grande prospérité matérielle.
Au temps où Jules César entreprit la conquête de la Gaule, celle-ci était divisée en trois grands peuples: les Celtes, les Aquitains et les Belges. ;
D’abord romanisées, appelés Gallo-romains, les ancêtres des Français durent cependant au milieu du Ve siècle supporter le flot des grandes invasions et laisser le peuple germanique des Francs s’installer sur leur sol. Aussi faut-il attendre le traité de Verdun, c’est-à-dire l’année 843, pour voir s’instituer, sous l’autorité de Charles le Chauve, un royaume de France qui donne au pays son nom définitif et sa première unité nationale.
A partir de3 cette époque, et surtout depuis le moment où les Capétiens montèrent sur le trône (987), l’effort constant de la monarchie fut d’imposer sa souveraineté aux seigneurs féodaux qui la lui contestaient. Philippe Auguste, saint Louis, Philippe le Bel, Louis XI furent, au cours du Moyen Age, les trois rois qui s’illustrèrent le plus brillamment dans cette tâche. Plus tard, Henri IV en mettant un terme aux guerres de Religion, Richelieu6 et Mazarin en triomphant de l’opposition des Grands, Louis XIV, enfin, en donnant une sorte d’incarnation à la majesté royale, achevèrent d’établir la cohésion politique de la nation.
D’autre part, après avoir, au cours de la guerre de Cent Ans, travaillé à chasser de France les Anglais, les rois s’efforcèrent d’annexer à la couronne le plus grand nombre de provinces possible. Et successivement l’Alsace (1648), l’Artois (1659), le Rous-sillon (1659), la Franche Comté (1678), la Lorraine (1766), la Corse (1768) furent intégrés au territoire national, lequel, à la veille de la Révolution, avait à peu près sa superficie et sa physionomie actuelles.
Par un phénomène assez curieux, la Révolution, tout en anéantissant l’absolutisme royal, poursuivit le double travail commencé par la Monarchie: sur le plan intérieur, elle « respecta et renforça la centralisation administrative »; sur le plan extérieur, les guerres qu’elle eut à soutenir contre l’Europe coalisée avivèrent l’enthousiasme patriotique des citoyens. Et l’Empire1 avant de sombrer à Waterloo (1815) avait su doter le pays8 d’un appareil administratif qui l’organisa pour un siècle et avait remporté des vic¬toires assez retentissantes pour donner à la France l’impression d’être une grande puissance militaire.
Sans doute, les régimes qui suivirent – Restauration, monarchie de Juillet, Second Empire – ne comptent pas autant de da¬tes glorieuses. Il y a plus: la capitulation de Sedan (4 septembre 1870) qui entraîna la perte de l’Alsace et de la Lorraine, fut ressentie comme un désastre national. Mais la Troisième République sut étendre l’influence française dans le monde, puis en 1919, recouvrer les deux provinces perdues en 1871, elle rétablissait ainsi l’intégrité du territoire.
Depui is la Seconde guerre mondiale, en revanche, la France n’a guère été épargnée: l’écrasement de 1940 (partiellement réparé il est vrai, en 1944), puis les difficultés très graves rencontrées dans les territoires d’Outre-Mer, ont affaibli sa puissance matérielle.

Une réponse à Formation territoriale de la France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *