Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

l'hospitalité françaiseLa rituelle définition du Français qui mange du pain, ne connaît pas la géographie et porte la Légion d’honneur n’est pas tout à fait inexacte.
Mais elle est insuffisante.
Vraiment . . . Comment définir ces gens qui passent leur dimanche à se proclamer républicains et leur semaine à adorer la Reine d’Angleterre, qui se disent modestes, mais parlent toujours de détenir le flambeau de la civilisation, qui placent la France dans leur cœur, mais leurs fortunes à l’étranger, qui détestent que l’on critique leurs travers, mais qui ne cessent de les dénigrer eux-mêmes, qui se disent amoureux des lignes, mais nourrissent une affectueuse inclination pour la tour Eiffel, qui ont un respect marqué pour les tribunaux, mais ne s’adressent aux avocats que pour mieux savoir comment tourner la loi; enfin, qui sont sots le charme lorsqu’un de leurs grands hommes leiur parle de leur grandeur, de leur grande mission civilisatrice, de leur grand pays, de leurs grandes traditions, mais dont le rêve est de se retirer, après une bonne petite vie, dans un petit coin tranquille, sir un petit bout de terre à eux, avec une petite femme qui, se contentant de petites robes pas chères, leur mitonnera de bons petits plats et saura à l’occasion recevoir gentiment les amis pour faire une petite belote.

*
*        *

Les Français peuvent être considérés comme les gens les plus hospitaliers du monde, pourvu que l’on ne veuille pas entrer chez eux.
Au bout d’une heure, un Anglais dont vous venez de faire la connaissance vous invitera — si vous ne l’avez pas choqué par un excès d’intelligence ou de curiosité – à passer le week-end dans son cottage. Au bout de cinq ans, vous vous apercevrez que vous ne savez pas très bien s’il aime les femmes, les hommes ou les timbres-poste.
Au bout d’une heure, parfois avant, un Français vous a expliqué comment et pourquoi il a été amené à délaisser de temps en temps sa femme qui est, vous fait-il remarquer en passant, très gentille, un ange, mais voilà . . . vous savez ce que c’est … Au bout de dix ans, vous constaterez que vous n’avez jamais passé une nuit sous son toit.
Combien de temps peut durer cette période d’observation. On ne saurait le dire avec exactitude. Certains assurent : six mois . . . un an. Il y a là une grande exagération. Cela peut durer une dizaine, une vingtaine d’années.
Il est plus facile à un Américain d’entrer dans le salon de Buckingham Palace que de déjeuner chez les Taupin. On lui dit dès son arrivée: ,,Il faut absolument que vous veniez déjeuner avec nous, mais si, mais si! » Et puis les semaines passent; il y a un imprévu.
Quand on reste plus de six mois en France, on finit par être invité6 à déjeuner dans certaines familles.

Une réponse à L’esprit Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *