Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

Les Tuileries Le Louvre et les Tuileries, ainsi que le Palais-Royal, commandent de l’Arc de triomphe, du Carrousel à celui de l’Etoile, avec la place de la Concorde et les Champs-Elysées, « la plus noble des perspectives urbaines ». Ils constituent en même temps par leur ensemble monumental et les musées qu’ils renferment, le centre du Paris artistique, après avoir été le centre du Paris des rois.
Le palais du Louvre qui fut résidence royale grandiose, ensemble édifié par plusieurs générations de souverains, offre une magnifique leçon d’histoire.
Dans les dernières années du XII siècle, Philippe Auguste se fit construire sur la rive droite de la Seine, au point le plus faible de la défense de Paris, un château fort entouré de tours et bordé de fossés. En 1546 François I fit démolir le vieil édifice et chargea l’architecte Pierre Lescot de dresser les plans d’un palais royal.
Le Louvre tel que nous le connaissons aujourd’hui était né, mais sa construction devait se poursuivre jusqu’au XIX siècle.
Ancienne demeure des rois, le Louvre est devenu de nos jours le palais des arts. Les chefs-d’œuvre de tous les temps et de toutes les civilisations sont réunis dans son musée.
La Cour Carrée est le cœur de tout l’édifice. C’est un chef-d’œuvre dû à la collaboration de deux artistes de génie : l’architecte Pierre Lescot et le sculpteur Jean Goujon. La Renaissance italienne apparaît là francisée, épurée. Aucun excès, point de surcharge. La façade comprend un rez-de-chaussée d’ordre corinthien, un étage principal d’ordre composite, éclairé de hautes fenêtres. L’ornementation des trois frontons, décorés de grandes figures de Goujon, est splendide.
Les autres parties sont de belles illustrations des règnes successifs et de leurs styles. La célèbre colonnade classique de Perrault, édifiée sous Louis XIV forme la façade orientale. Elle est d’une majesté un peu froide.
A l’extrémité opposée à la Cour Carrée entre les pavillons de Flore et de Maran, s’étendait le palais des Tuileries, construit aux XVI et XVII siècles par Philippe Delorme, Du cerceau et Le Van. Pour réunir les deux Palais Catherine de Médicis et Henri IV firent construire la Petite Galerie (qui renferme la fameuse Galerie d’Apollon) et la Grande Galerie en bordure de la Seine. Mais le vaste ensemble symétrique du nouveau Louvre ne devait être terminé qu’au XIX siècle sous les deux Napoléon. La réunion du Louvre et des Tuileries en un seul et immense palais était réalisée, mais pour quelques années seulement puisque les Tuileries furent démolies après l’incendie de 1871.
Au nord du Louvre, le Palais-Royal, construit pour Richelieu, évoque encore les fêtes magnifiques que le Régent y donna. Incendié sous la Commune, il fut restauré après 1871. Les bâtiments du XVIII siècle qui encadrent ses jardins sont recherchés aujourd’hui des écrivains et des artistes comme lieu de résidence.

Une réponse à Le Louvre, les Tuileries et le Palais Royal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *