Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

l'Arc de Triomphe« Le Bois » n’est pas un parc. C’est une forêt véritable, mais semée ça et là de lacs artificiels, de ruisseaux timides, de restaurants, de palais, et coupée de larges avenues. François I y fit construire le château « de Madrid » nom que les Parisiens lui donnèrent, par ironie, parce que le Roi y était aussi invisible que pendant sa captivité. Plus tard Marguerite de Valois, répudiée, y habita et fit tracer les belles Allées de la Reine Marguerite.
L’Avenue Foch serait impersonnelle avec ses grands immeubles trop luxueux s’il n’y flottait le souvenir de tant de souverains, de tant de Présidents de la République qui la descendirent triomphalement.
La place de l’Etoile est digne de la Concorde. Douze avenues forment les branches de l’Etoile dont l’Arc de Triomphe est le centre. Il a presque e 50 mètres de haut, 45 mètre de largeur, 20 mètres d’épaisseur. Sous ses voûtes la flamme du souvenir, qui ne s’éteint jamais, veille le Soldat inconnu. La plupart des douze avenues portent des noms de guerriers.
Les grands Boulevards, sans avoir pourtant de prestige qu’au dix-neuvième siècle, conservent une prodigieuse animation.
La Rue de Rivoli, qui parallèle à la Seine, borde le jardin des Tuileries et le Louvre. Ce fut Bonaparte, revenant d’Italie, qui eut l’idée de cette rue bordée d’arcades.
La Place Vendôme c’est un chef-d’œuvre. Au dix-septième siècle Louvois avait décidé de construire en ce lieu une grande place carrée, pour y loger la Bibliothèque Royale, le Cabinet des Médailles et les Académies. Mansart en avait fait le plan. Mais l’argent manqua et Louvois pour diminuer la surface à bâtir décida de couper les angles. D’où la Place Vendôme, irrégulièrement octogonale, est d’un effet admirable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *