Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

ChinonPour aller à Chinon, deux moyens pratiques: le chemin de fer et la route. Par le rail, il faut, à Tours, changer de train et emprunter la ligne Tours – Thouars.
Par la route, on compte 280 kilomètres de Paris, 46 de Tours, 76 d’Angers ou 78 de Poitiers.
Imaginons une arrivée par Tours. Quelque 20 km avant l’arrivée, voici Azay-le-Rideau et son château du XVe siècle. Le village d’Azay avait pris le nom de son seigneur, un certain Ridel, ou Rideau. En 1418, il prit le nom pour quelque temps d’Azay-le-Brûlé.
D’Azay, traversant la somptueuse forêt de Chinon, on arrive tout droit dans le dos de Chinon qui regarde l’autre côte, vers la riante vallée de la Vienne.
Les bons hôtels ne manquent pas à Chinon, le cher est excellent. Les gastronomes apprécient l’andouillette, les champignons et les pruneaux.
On peut également y camper dans un très beau site et s’y baigner sur deux plages.
La visite à Chinon mérite d’être faite. Mais attention, elle se fait à pied : le cœur de la ville est en effet resté presque comme il était au Moyen âge: avec ses maisons à étages avancés, ses rues (rue Voltaire, rue J. J. Rousseau, rue Rabelais, rue Jeanne-d’Arc, etc.) où deux chaises à porteurs devaient avoir du mal à se croiser.
Près du carrefour du Grand-Corroi subsiste une margelle de puits sur laquelle la bergère de Domrémy posa le pied en descendant de cheval. A l’époque une cloche du château, située dans la tour de l’Horloge, sonnait les heures. On l’appelait la « Marie Javelle ». Elle sonne toujours bien que datée de 1399 . . .
Les amateurs d’architecture pourront visiter l’église St. Maurice (XIIe siècle), la collégiale Saint-Mexme, l’église St. Etienne où l’on conserve une inscription en arabe.
Un quart d’heure à pied conduira à la chapelle Ste Radegonde qui a ceci de curieux qu’elle est taillée sous le roc et débouche sur un dédale de souterrains à travers lequel une vieille dame vous pilotera, un fanal à la main.
Mais n’oublions pas les ruines du château, ou plutôt des trois forteresses qui le constituaient et qui dominent la ville, donnant à celle-ci, par leur masse imposante, un air de sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *