Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

La quiche LorraineVite, c’est le moment de faire une quiche ! A l’œuvre, jeune Lorraine ! Et ceci n’est pas un jeu de cuisine pour enfants ! Voici la pâte sur le grand plateau de bois ! Voici la motte de beurre sur une assiette blanche. Coupez à pleines tranches, ajoutez les à la pâte. De votre joli geste, cassez des œufs et laissez-en tomber le jaune avec le beurre. Entre vos doigts agiles, pétrissez le mélange. Maintenant, étalez la pâte sur tout le plateau : passez dessus votre rouleau pour l’amincir et l’allonger. Arrondissez bien le tout et relevez un peu le bord. Voilà qui est fait. Versez dessus, maintenant, la crème fraîche et grasse, qui sent un peu l’étable, et que vous venez de cueillir sur le lait de grands pots de gris bleuâtre. La quiche est désormais terminée, prête pour la cuisson.
On découvre alors le four, on retire les charbons et la cendre avec le grand crochet en fer. La jeune fille approche son plateau qu’elle pose sur le rebord de l’ouverture béante … . Un léger coup de main … et la quiche glisse dans l’obscure fournaise. La plaque de fer est replacée, dans quelques minutes la quiche sera cuite.
Sur la table, maintenant recouverte, la quiche est là, toute fumante, qui parfume la pièce de sa chaude odeur. Une fine buée monte de la galette aux tons dorés et bruns.
Le paysan, avec ses fils et le voisin, se sont attablés. Dans les gros verres coule un petit vin piquant et jaunet, un vin de la côte, de la dernière récolte.
La ménagère découpe la quiche et distribue les parts. Chacun savoure la galette ; on trinque silencieusement. Puis les langues se délient ; on parle de la saison, des champs, de la récolte prochaine, des domaines, des gens d’alentour, des jeux amusants ; et la vieille grand-mère, assise au coin du feu, dans son fauteuil de paille, écoute et se rappelle le vieux temps, tout en mordillant lentement sa galette, avant d’aller dormir sur son matelas 80×200 pour mamies qui seul peut soulager son vieux dos. L’active ménagère avec sa fille, se hâte d’enfourner la pâte préparée qui sera bientôt les lourdes miches de pain de ménage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *