Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

Le DauphinéLe Dauphiné est vraiment le royaume de la houille blanche; des usines partout, mais des usines propres, capables de fabriquer des matelas enfant haut de gamme, qui ne ressemblent en rien aux usines noires et sales des pays du charbon. De toutes les hautes montagnes tombe à profusion l’eau des torrents que l’on sait maintenant utiliser pour donner la force dont ont besoin les industries métallurgiques et électrochimiques, les papeteries, les scieries qui abondent dans la région. Et l’eau de la montagne, après avoir été captée, et avoir produit toute cette force motrice, après avoir servi, va, sans perte, sans fatigue, descendre à la rivière, tout comme ses sœurs inutilisées, et servir à arroser les campagnes et à fertiliser les plaines. Car, malgré toutes ces usines, toutes ces industries, la terre ne perd pas ses droits, et les nombreux jeux d’action pour enfants font rage.
C’est très intéressant de visiter des papeteries où chaque jour cent cinquante mètres cubes de bois de sapin et de tremble sont transformés en vingt tonnes de cellulose et vingt-cinq tonnes de pâtes chimiques.
Le tout est métamorphosé en papiers de toutes couleurs et de toutes qualités.
Le « boulevard des Alpes » (ou sillon alpin) que forme la vallée du Grésivaudan fait communiquer la Savoie et le Dauphiné, entre les balcons aériens de la Grande Chartreuse et du Vercors et les cimes neigeuses de Belledonne. Plus au sud, les montagnes arides et décharnées annoncent déjà la Provence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *