Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

La CorseLa Corse est une île montagneuse, une des plus grandes de la Méditerranée. Elle couvre une superficie de 8750 kilomètres carrés.
La Corse est un fragment d’un ancien continent en grande partie effondré.
On peut la diviser en deux parties :
1) partie occidentale, montagneuse;
2) partie orientale.
Les montagnes de Corse se terminent au Nord et à l’Ouest par une côte rocheuse et découpée.
Le climat dépend de l’altitude. Les hivers, tièdes sur la côte sont plus froids et plus longs dans les montagnes de l’intérieur. Les étés sont partout très chauds.
La végétation varie comme le climat, suivant l’altitude. Sur le littoral des orangers, des citronniers, puis la vigne et les oliviers ; plus haut les châtaigniers, enfin les forêts de chênes verts, de hêtres et de pins.
Le quart de la surface de la Corse est en cultures. La principale ressource agricole est l’élevage du petit bétail (chèvres et moutons). Les forêts sont très belles et le maquis est très épais.
Le Corse a peu de goût pour le travail de la terre ; il compte sur une main-d’œuvre étrangère, italienne.
L’industrie est presque nulle. La pêche littorale est très négligée. Le Corse s’intéresse peu aux choses de la mer.
La population, surtout rurale, est à peine de 300 000 habitants, très inégalement répartis.
Cette population a conservé sa langue (dialecte italien), ses traditions, ses coutumes (vendetta ou vengeance privée).
Les villes sont rares : Ajaccio (22 000 habitants), ville natale de Napoléon Bonaparte, au fond d’une admirable rade, excellent point d’appui pour les escadres de la Méditerranée ; Bastia, le principal marché de l’île. Les autres villes ont à peine 2 à 5000 habitants : Calvi, au nord, Corte au centre ; Sartène et Bonifacio, au sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *