Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

NormandieLa Normandie est une région calme et paisible. Presque toutes les cultures se rencontrent sur ce sol privilégié. On y trouve du blé, de l’avoine, du seigle et de l’orge, les fourrages sont la richesse des vallées.
Une des caractéristiques, un élément essentiel du paysage normand, c’est le pommier. Un climat humide, un sol frais lui ont permis de prospérer. On trouve le pommier dans les herbages qui descendent vers les rivières ; il est dans les pâturages des vallées, où ses branches, alourdies de fruits à l’automne, se courbent vers le sol mouillé; il borde les routes, il se penche sur les rivières, on le trouve dans les vergers du riche, de même que dans le jardinet du pauvre. Il est la fortune et la vie Nul agriculteur ne néglige ses produits, ni son entretien. A la Normandie, il a donné un peu de sa prospérité et beaucoup de son charme. Son fruit cru est un dessert excellent ; cuit, il se prête à toutes les combinaisons. Le jus que l’on extrait des qualités inférieures, donne une boisson appréciée.
A l’ombre des pommiers paissent les vaches; elles font, elles aussi, partie de tout paysage normand. D’une belle couleur d’acajou clair ou blanches, rouges mouchetées de roux, elles font d’innombrables taches rouges et blanches sur le vert uniforme des prés et donnent à l’ensemble du tableau un air de tranquillité et de paix profonde.
La culture maraîchère se rencontre surtout aux environs des villes. On cultive en Normandie tous les légumes: carottes et navets, pommes de terre et falsifis, artichauts, petits pois, haricots verts, oseille et épinards; enfin la salade pousse à merveille dans ce sol humide, où l’arrosage est rarement nécessaire.
Le village est ordinairement situé au bord d’une étroite rivière, sinueuse et profonde. Imaginez deux ou trois fermes, un colombier, des tourterelles, quelques masures séparées par des jardins, par des haies, de chèvrefeuille, de houx, de jasmin et de clématites ; l’école, près de laquelle se dresse une vieille église. Encadrez le tout de noyers antiques, de jeunes peupliers aux feuilles d’or pâle, et de quelques bouleaux au tronc d’argent, vous aurez une idée du village.
Sauf aux heures d’entrée et de sortie de l’école, vous ne rencontrerez presque personne dans les chemins; seuls les coqs et les poules s’y promènent. Les demeures semblent inhabitées: un chien est souvent attaché à l’entrée des fermes et aboie dès qu’on essaie de pénétrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *