Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

français

La LorraineLa Lorraine est une province à l’Est de la France qui s’étend sur le versant ouest des Vosges et sur la partie orientale du bassin de Paris.
La Lorraine a été souvent un champ de bataille, surtout au cours de la Première guerre mondiale. Canons, fusils, mitrailleuses y ont fait rage bien des fois. Sous les obus et les balles le sang des hommes a coulé à flots dans ces attaques meurtrières. Et on n’avait pas encore inventé la bombe atomique !
Mais les habitants aiment leur pays. Après chaque dévastation les villes et les villages ont été reconstruits.
Pendant longtemps la Lorraine s’est presque uniquement occupée d’agriculture et d’élevage. Aujourd’hui, c’est à l’industrie qu’elle doit ses ressources. La découverte des plus riches gisements de fer connus en Europe a donné aux industries lorraines un essor magnifique. Les mines de fer se situent à l’ouest du département de la Moselle. Thionville est la métropole du fer. Le considérable effort de modernisation accompli depuis 1945 permet aux mines de fer lorraines non seulement d’alimenter le marché intérieur, mais encore d’exporter du minerai.
Le bassin houiller de Lorraine est le deuxième Continuer la lecture

Lyon FranceEn quittant le Jura dans la vallée de la Saône, au confluent du Rhône se trouve la seconde ville de France – Lyon. Capitale industrielle moderne, elle a gardé depuis dix-huit siècles qu’elle existe, la solennelle majesté de la métropole antique, qu’elle possédait au temps de l’occupation romaine.
La ville est dominée à l’ouest par une colline boisée au sommet de laquelle s’élève, lourde et imposante, l’énorme basilique de Fourvière.
Les Romains firent de Lyon la capitale de la Gaule. L’importance de Lyon n’a cessé de croître, grâce à sa situation au confluent de la Saône et du Rhône et du débouché des vallées alpestres. Comme toujours la principale étape de la grande route menant de Paris, de Lorraine, d’Allemagne vers la Méditerranée et l’Italie et par conséquent une grande ville de commerce Lyon couvre aujourd’hui l’espace compris entre les deux fleuves, des hauteurs de la Croix-Rousse à Perrache et au confluent; de grands faubourgs industriels, les Brotteaux et Continuer la lecture

Le Jura sous la neigeLe Jura est une dépendance des Alpes. Il sépare le couloir Rhodanien à l’ouest de la plaine suisse à l’est, se prolonge, au nord, jusqu’au Rhin et, au sud, jusqu’à la valle de l’Isère.
Il se compose: 1) à l’est- de chaînons parallèles qui dominent la plaine suisse comme un rempart abrupt ; 2) à l’ouest, de vastes plateaux calcaires qui s’abaissent sur la plaine de la Saône.
On divise le Jura en trois sections :
a) Jura méridional,
b) Jura central,
c) Jura septentrional.
Les sombres forêts de sapins rendent un peu tristes peut-être ces montagnes du Jura. Sur les hauteurs, les bois cèdent la place à d’énormes pâturages où, en été, les troupeaux des plaines viennent brouter l’excellent herbage des sommets. Les bergers qui les gardent sont logés dans des chalets, où ils fabriquent sur place des Continuer la lecture

Auvergne. Village suisse en montagne.L’Auvergne est une contrée montagneuse, aux nombreuses stations thermales, où des gens de tous pays viennent chercher la santé.
La plus connue de ses stations est certainement Vichy, dont les eaux, efficaces dans les maladies de l’estomac et du foie, ont une renommée mondiale. Les eaux de Vichy furent utilisées par les Romains. On trouve à Vichy des traces de la maison1 de Bourbon au moyen âge, des restes de fortification élevées au XVIe siècle. Puis, après avoir souffert pendant les guerres de religion, Vichy redevient prospère sous Henri IV, et par la suite la vogue des eaux ne cessa de croître et de s’affirmer.
Tandis que Vichy est située dans un vallon verdoyant qui lui a permis de s’étendre, de multiplier ses établissements, ses hôtels et ses casinos, Royat s’étage à 450 mètres d’altitude, resserré entre deux Continuer la lecture

Train Touristique du Limousin Le Limousin est un pays qui ne se livre pas ; il demande à être découvert, ses secrets doivent lui être arrachés.
L’un de ses visages qui surprend le mieux l’attention du voyageur est peut-être bien celui de l’été : alors le vert vigoureux se montre cloisonné sans fin par les haies touffues toujours les-mêmes. De ces haies s’élèvent volontiers des chênes ébranchés au tronc meurtri chaque année par la hachette et la scie.
Si l’œil veut se porter plus loin on prend un sentier. On parvient par une cour qui est restée bien paysanne avec sa boue à une ferme.
Le sentier se prolonge, va plus loin vers des prés habités.
Le Limousin constitue une unité géographique qui affecte à peu près la forme Continuer la lecture

ChinonPour aller à Chinon, deux moyens pratiques: le chemin de fer et la route. Par le rail, il faut, à Tours, changer de train et emprunter la ligne Tours – Thouars.
Par la route, on compte 280 kilomètres de Paris, 46 de Tours, 76 d’Angers ou 78 de Poitiers.
Imaginons une arrivée par Tours. Quelque 20 km avant l’arrivée, voici Azay-le-Rideau et son château du XVe siècle. Le village d’Azay avait pris le nom de son seigneur, un certain Ridel, ou Rideau. En 1418, il prit le nom pour quelque temps d’Azay-le-Brûlé.
D’Azay, traversant la somptueuse forêt de Chinon, on arrive tout droit dans le dos de Chinon qui regarde l’autre côte, vers la riante vallée de la Vienne.
Les bons hôtels ne manquent pas à Chinon, le cher est excellent. Les gastronomes Continuer la lecture

Château de ChambordLa Touraine se trouve entre des plateaux boisés que sectionnent les affluents de la Loire. Les vallées tourangelles sont bien menues et bien paisibles, mais on est vite conquis par la douceur du climat, la pureté du ciel, la délicatesse des couleurs, la forme gracieuse des coteaux mollement ondulés par la Loire aux contours majestueux. Ce grand fleuve a de nombreux affluents : le Cher, l’Indre, La Vienne, la Creuse coulant le long de vallées fertiles, entre les collines boisées et fleuries.
En toute saison la Touraine a son charme, mais c’est en automne que sa parure a peut-être le plus de séduction, alors que les vignobles se teintent de parures fanées, lorsque les feuilles des peupliers jaunissent et laissent tomber leur pluie d’or, que le soleil rutilant empourpre à l’heure du coucher les pierres des châteaux et les tapis de feuilles mortes des parcs.
Et l’on comprend que les rois et les grands de la terre aient choisi Continuer la lecture

Le massif centralCentre de gravité de tout le système géographique français ,,toit de la France » autour duquel se distribuent les eaux de pluie entre les quatre grands fleuves, le Massif Central, rude terre de volcans, fertilisée par des coulées de lave, est un pays d’eaux vives et de lacs, de forêts de sapins et de pâturages. Il s’est peu à peu dépeuplé depuis des générations au profit de la capitale, mais il connaît aujourd’hui, grâce au thermalisme et au tourisme un regain d’activité.

La BeauceLa Beauce est une grande plaine comprise entre Etampes, Chartres et la forêt d’Orléans. Tout est tellement plat pas la moindre colline, pas le moindre bois, rien que des champs à perte de vue. Les villages sont fort loin les uns des a très: dix ou quinze kilomètres les séparent. L’eau étant rare dans le sous-sol, ils se sont groupés autour des puits.
La Beauce est une région désolée pour le touriste qui la traverse du Nord au Sud: porto tison regard s’arrête sur des plaines découvertes sans relief et sans arbres. En réalité, cette grande région naturelle est une terre de prédilection pour le blé, un des greniers de Paris: elle donne en moyenne 24 à 26 hectolitres à l’hectare. Après la moisson sa physionomie Continuer la lecture

Un village de L'Ile-de-FranceA une trentaine de kilomètres de Paris, il est un village dont les maisons s’étagent entre un plateau et la rivière sous un ciel 1umineux, transparent, même lorsqu’il est parcouru de nuages. Une charmante église gothique domine le village de son clocher ; dans les ruelles bordées de blanches maisons, les artistes trouvent le silence et la fraîcheur propices au recueillement.
Auvers-sur-Oise, tel est le nom du village. Chaque année, ce coin de l’Ile-de-France reçoit des milliers de visiteurs, car c’est la patrie de l’impressionnisme.
Vers 1850 en effet, le peintre Daubigny s’y installa et son atelier fut bientôt le lieu de rendez-vous des jeunes artistes: Renoir, Claude Monet, Cézanne, Sisley — sans oublier leur aîné Corot, le peintre des matins argentés. Corot qui, l’un Continuer la lecture