Blog culturel sur l’histoire de France : étude des spécificités du peuple français à travers son esprit, son savoir-vivre et sa formation territoriale

France

Les Tuileries Le Louvre et les Tuileries, ainsi que le Palais-Royal, commandent de l’Arc de triomphe, du Carrousel à celui de l’Etoile, avec la place de la Concorde et les Champs-Elysées, « la plus noble des perspectives urbaines ». Ils constituent en même temps par leur ensemble monumental et les musées qu’ils renferment, le centre du Paris artistique, après avoir été le centre du Paris des rois.
Le palais du Louvre qui fut résidence royale grandiose, ensemble édifié par plusieurs générations de souverains, offre une magnifique leçon d’histoire.
Dans les dernières années du XII siècle, Philippe Auguste se fit construire sur la rive droite de la Seine, au point le plus faible de la défense de Paris, un château fort entouré de tours et bordé de fossés. En 1546 François I fit démolir le vieil édifice et chargea l’architecte Pierre Lescot de dresser Continuer la lecture

BouquinistesLa Seine est à Paris l’axe vivant de la ville à partir duquel s’ordonnent les quartiers. Paris né dans une ile de la Seine a grandi d’abord s’étendant sur les bords de la rivière. C’est plus tard seulement que trop serrée entre les hauteurs et le fleuve, la ville dut monter à l’assaut des pentes et occuper le Montdes -Martyrs (Montmartre) et la colline de Sainte-Geneviève, celle de Chaillot et la butte Monsouris. Philippe Auguste fut l’un des premiers urbanistes. De Paris capitale, il prit grand soin, faisant paver les deux rues voisines de la Cité qui étaient avant lui des sentiers de boue malodorants. Ce fut lui qui, voyant grandir, aux flancs de la Cité, sur la rive droite la ville des affaires et sur la rive gauche la ville des étudiants, entoura de remparts cette triple agglomération et construisit pour la défendre la tour du Louvre, qui fut rembryon du palais.
Tout le long des quais, sur les deux rives vous remarquerez les boites des bouquinistes, posées sur le parapet de la Seine. Vous y trouverez surtout des livres d’occasion, des gravures, des monnaies Continuer la lecture

Comment aborder Paris? Ne cherchez pas davantage. C’est la Seine qui vous introduira le mieux dans la connaissance du passé comme dans la familiarité du présent. C’est elle qui est à l’origine de tout. Toute l’histoire de Paris s’est formée autour d’elle, et pour remonter les siècles, il suffit de longer les quais.
Dans le cœur de la ville, du pont Sully au pont Alexandre III, c’est l’aspect monumental des quais et des édifices, qui retient surtout l’attention. Mais la Seine apporte partout avec elle un rappel de la nature. Elle a gardé l’allure nonchalante d’une rivière. Elle aime encore les arbres et par endroits ils sont là qui l’ombragent. Ses quais avec leur parure de platanes et de peupliers ont enchanté beaucoup de poètes, peintres, touristes et flâneurs du monde. Ce sont de merveilleux endroits de promenade dont la flânerie seule permet de goûter tout le charme et la va riété infinie.
La Seine est enjambée par trente-trois ponts, mais il n’y a aucun plan harmonieux dans leur architecture et aucun ne frappe par son originalité excepté le Pont Neuf. Et pourtant ils sont beaux.
La Seine est à la fois paisible et active. Ses péniches et leurs remorqueurs Continuer la lecture

Champs Elysees - ParisDans la figure du Paris d’aujourd’hui, immense espace minéral, dont chaque élément a été disposé par l’industrie des hommes, tout semble création artificielle. Pourtant la nature a imposé à ces paysages des données certaines et qui transparaissent encore dans le pittoresque de la capitale.
Ces données naturelles, ce sont d’abord celles du relief. Des collines se profilent aux horizons citadins des deux rives de la Seine. Elles forment topographiquement et aussi socialement autant de petits mondes un peu à part.
Dans les zones plates de la vallée s’agite un Paris très ouverts aux nouveautés cosmopolites et où pour le pittoresque urbain comme pour les mœurs des habitantes, la mode l’emporte sur la coutume.
Autre donnée de la nature: la Seine, à vrai dire, à part la matière Continuer la lecture

Bois de Boulogne - La grande cascadeLe plan du Paris d’aujourd’hui permet de revivre les principales phases de son histoire.
En l’an 300 avant notre ère les Parisii s’installent dans les îles de la Seine.
César prend Lutèce3 en l’an 52 avant notre ère.
L’empereur Julien installe son palais dans « sa chère Lutèce » en 355.
Geneviève galvanise la résistance des Parisiens en 450. Elle sera patronne de la ville.
En l’an 508 Clovis fait de Paris la capitale du royaume.
Les Normands assiègent Paris en 885. Eudes, comte de Paris, leur tient tête.
En l’an 987 Hugues Capet fixe la résidence royale dans le palais de la Cité.
Philippe Auguste entoure Paris d’une enceinte en forme de cœur en 1200.
En 1356 Etienne Marcel tente de soulever Paris.
Charles V entoure Paris d’une nouvelle enceinte en 1360.
Les Anglais entrent à Paris en 1420.
Dans le vieux Paris s’ouvrent des perspectives et des parcs Continuer la lecture

La naissance de ParisLes Gaulois avaient construit dans trois iles, qui aujourd’hui n’en forment qu’une, la petite ville de Lutèce, qui étendait ses faubourgs sur les deux rives de la Seine. Dès que les habitants se voyaient menacés par une invasion de Romains ou plus tard de Barbares, ils se réfugiaient dans leur ile, coupaient les ponts et se défendaient. Quand la sécurité revenait la ville s’épanouissait à nouveau sur les berges.
La population vécut d’abord presque exclusivement du fleuve. C’est pourquoi le bateau est resté le symbole actuel de la ville. L’autel des Nantes qui se trouve au Musée de Cluny témoigne de la puissance du syndicat des pêcheurs de Lutèce.
Après quelques escarmouches une garnison romaine s’installa en ce site, favorisé par la nature, elle consolida la route d’Orléans à Senlis qui traversait le courant à l’île de la Cité. Cela contribua à l’extension rapide de la nouvelle bourgade. C’est vers la rive gauche, sur la colline appelée plus tard „montagne Sainte- Geneviève » que s’étendit d’abord Lutèce, la rive droite étant très marécageuse. Peu à peu, le nom de Lutèce fut remplacé par Continuer la lecture

Paris« La ville lumière » « le cœur et le cerveau » de France, c’est ainsi que fréquemment on appelle Paris. Certains prétendent que Paris est la plus belle ville du monde, en effet, elle possède d’admirables monuments, souvenirs d’un long passé glorieux ; elle a des parcs et des jardins magnifiques, ses rues et ses boulevards, plantés d’arbres lui donnent un aspect riant et gai, qui attire les visiteurs de tous les coins du globe. Ceux qui ne l’ont jamais vue désirent la connaître, ceux qui l’ont visitée souhaitent la revoir. Le prestige de cette ville est énorme, et l’attrait qu’elle exerce a fait d’elle une grande capitale.
Elle étouffait un peu dans l’enceinte de fortifications devenues inutiles: on les a presque entièrement démolies; ses faubourgs et sa banlieue, reliés au centre, ne feront bientôt plus qu’une seule ville immense.
Paris est traversé par la Seine, qui divise la capitale en deux parties: rive droite et rive gauche. Chaque rive a ses admirateurs, ses partisans, ses défenseurs. Pour les uns, la rive droite Continuer la lecture

La France tient le sixième rang de la production mondiale de bovins et le premier de la communauté européenne.Dans presque toutes les régions de France l’élevage prend le pas sur les productions végétales alimentaires. L’espèce bovine est la plus nombreuse; elle compte 19,5 millions de têtes contre 16 millions en 1952 et le troupeau est en continuel accroissement. La France tient le sixième rang de la production mondiale de bovins et le premier de la communauté européenne.
Il existe des races de boucheries (Limousine, Charolaise) et d’autres aptes surtouts à la production laitière (Hollandaise).
La production du lait augmente de 65% depuis 1939. La production de beurre est excédentaire depuis 1954. La France occupe la dixième place dans le monde pour la fabrication des fromages. Les sortes les plus connues à l’étranger sont : le roquefort, le camembert, le gruyère, le cantal, etc.
L’élevage porcin coexiste avec l’élevage des bovins: Continuer la lecture

La production agricoleLa vocation de la France a longtemps été agricole. La diversité des climats, des sols, des conditions humaines et de l’histoire fait que l’on rencontre sur le territoire français un grand nombre de types d’agriculture. Comment s’en étonner, lorsque l’on songe que ce pays touche par la Flandre à la grande plaine de l’Europe centrale, et par sa bordure méridionale, au bassin méditerranéen.
L’agriculture, qui occupe une place très importante dans l’économie française, a modernisé ses méthodes d’exploitation. Dans ce domaine la France est le premier pays producteur de l’Europe occidentale.
Sur 55 millions d’hectares que représente le territoire français, 46 millions sont consacrés à l’agriculture.
Les céréales occupent une large Continuer la lecture

La production industrielle La production industrielle française est celle d’une grande nation disposant dans tous les domaines d’un potentiel considérable, s’appuyant sur une solide tradition et des équipements très modernes.
L’industrie a pour objet de transformer les matières premières en objets fabriqués.
La France n’est très riche ni en houille, ni en matières premières.
Les principaux bassins houillers français sont ceux du Nord et du Pas-de-Calais.
Dans les régions montagneuses, dépourvues de mines de houille, on utilise une force motrice qu’elles possèdent en abondance, celle des chutes d’eau3 ou des torrents en pente rapide, pour produire la force électrique, appelée houille blanche.
Le fer est le minerai que l’on trouve abondamment en France. C’est dans Continuer la lecture